Geek Chic

Publié le par Mamzelle Snouc

J'ai déjà exposé mes tendances geek, mais je suis plutôt modérée. Mon père s'y connaît mieux que moi en musique classique, le mari d'une copine connaît plus de groupes rock indé que je ne pourrait en retenir, mon frère joue en ligne avec des centaines de concurrents et mon blog n'a que 2 petits mois. Je n'ai pas d'ordinateur portable, et jusqu'à une période assez récente, je n'avais même pas accès à Internet en dehors de mon lieu de travail, qui n'est pas le meilleur endroit pour surfer. Je n'ai pas eu de téléphone portable avant d'avoir acheté une voiture, ce qui a attendu mes 25 ans et le besoin matériel d'avoir l'un et l'autre.

Avec humilité, je dois reconnaître qu'à part quelques artistes et séries encore confidentiels, je ne suis pas super accro à l'originalité. Je me suis toutefois refusée à entrer sans réfléchir dans les courants de mode. Je n'ai jamais vu Titanic, en partie par ce que je connaissais déjà la fin, et aussi parce que ça m'énerve de faire comme tout le monde. Idem pour Bienvenue chez les Ch'tis ou Camping, avec un argument supplémentaire : je ne suis pas fan. Je n'ai pas de télé à écran plat, ni de chaussures de grands créateurs. Mon seul vice est un peu de collectionnite culturelle.

Par exemple, en bonne bibliophile, j'ai une collection de plus de 600 livres qui sont stockés pour l'instant dans la cave de mes parents, au décours de multiples déménagements. Et ils me manquent. J'ai pour habitude, depuis mes 7 ans, de lire l'équivalent d'un livre par jour, quoiqu'il arrive, même si ce n'est que l'emballage des céréales ou le règlement intérieur du bus. J'ai relu chacun de mes livres au moins une fois, et pour certains, une soixantaine. Ils m'appellent, comme une envie subite de réécouter un vieux standard de rock, et j'ai soif de relire la prose, quelque soit le passage. Je me délecte des tournures de phrases, des ambiances, de la poésie des descriptions. Autant vous dire que je me sens abandonnée sans mes livres, et je n'ai pas tenu longtemps avant d'en racheter, même si je n'ai guère la place de les stocker. 

J'éprouvais récemment une envie puissante de relire un roman du XIX° siècle qui fait partie de mes favoris, et que je me tâtais à racheter, même si je l'ai déjà en double exemplaire dans la cave (2 traductions différentes). Je savais que c'était une dépense inconsidérée, d'autant que les livres sont chers, même en édition de poche. Et puis, j'ai craqué pour un eReader, un dispositif électronique qui restitue de façon fidèle le confort d'une lecture classique. Pour une grande lectrice comme moi, cela peut être comparé à de la trahison : pas le même bruit, la même odeur...Mais pas le même poids ni le même prix !

En cherchant des exemples de livres à télécharger sur mon nouvel ami, j'ai découvert que depuis plusieurs années, des associations francophones ont mis toute leur énergie à enregistrer tous les oeuvres des grands auteurs, textes libres de droit, dont le téléchargement est légal et gratuit ! J'ai un accès illimité et gratuit à la culture, par le biais de sites ad hoc.

J'ai pu lire en intégralité et sans un sou de plus la collection de Sir Conan Doyle, de Gaston Leroux et de Maurice Leblanc, soit plus d'une centaines d'ouvrages, dont la plupart m'étaient complètement inconnus. Et j'ai retrouvé mon livre fétiche, en traduction québécoise, très revigorante, avec des tournures de phrases délicieusement désuètes. Vous pouvez télécharger sur votre ordi, les transférer, les partager...

Publié dans snouc-ittude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lou 24/11/2008 12:51

Un peu comme toi, je refuse les "courants". Je n'ai jamais vu Star Wars, ni un seul épisode de James Bond ou Indiana Jones. Je ne m'en porte pas plus mal.

Mamzelle Snouc 24/11/2008 13:43


Mmmm, j'aime bien Indiana, ça doit être son côté intellectuel mal rasé...