Mon ordre et moi

Publié le par Mamzelle Snouc

Ca y est, j'ai enfin envoyé la grosse enveloppe contenant tous les détails de ma vie professionnelle et quelques uns de ma vie privée.

Je l'ai attendue, cette enveloppe, et elle n'est jamais arrivée. Pourtant, je suis bien inscrite à la DDASS, et ils m'avaient bien trouvée pour les élections. De là à suspecter ma direction d'avoir fait barrage...non, pas possible, les autres l'ont reçue.

Je n'ai pas longtemps tergiversé pour rédiger le gros chèque qui accompagnait ma liasse de photocopies de diplômes, d'attestation de domicile, de fiche de salaire.


Quelques mots pour comprendre pourquoi.

Je me suis toujours étonnée qu'une corporation aussi conséquente que celle des infirmiers n'ait pas une bonne représentativité (ça existe ce nom ? passons) et qu'il n'y ait pas d'office centralisant les formations et informations. Tout ce que j'ai appris sur la profession, les changements de réglementations, les nouvelles techniques, je l'ai cherché toute seule sur les sites professionnels. Personne n'a jamais tenu le personnel au courant de l'évolution de la profession. Vous me direz t'as qu'à voir toi-même, et je répondrai : pas faux, mais il y a peu de gens comme moi qui prennent leur pied à retourner au travail lorsqu'ils sont de repos, et se replonger dans les nouveaux décrets, ce n'est pas franchement une sinécure. C'est pourquoi les infirmiers sont toujours surpris quand on leur annonce que le DE pratique a disparu cette année. (si, si, c'est vrai, c'est fou, hein ?)


Depuis des siècles, les professions se liguent, se retrouvent, se compagnonnent, s'affilient. Ce n'est pas seulement pour faire joli lors des grands raouts, c'est essentiellement afin de veiller à assurer la même qualité de travail aux quatre coins du pays et à sévir contre les affreux qui ne savent peindre à l'intérieur d'une basilique sans en foutre partout sur le marbre de l'autel.


Un argument avancé par les anti ONI est que le taux de participation aux élections de représentants professionnels a été médiocre, de l'ordre de 13 %, et que par conséquent, l'ONI est décrédibilisé. Pour mémoire, les élections prud’homales de 2008 n'ont récolté que  25.5% de participation dans le collège ouvrier, cela veut dire qu'il faut virer cette instance inutile de notre paysage social ?
Soyons sérieux une minute : un faible taux de participation n'est pas forcément un "boycott", c'est avant tout un important manque d'information et de mobilisation ! Dans mon équipe, personne n'était au courant du vote, et j'ai du marchander quelques précieuses secondes de leur temps pour qu'elles veuillent bien cliquer pour valider.


La levée de bouclier la plus impressionnante a été sur le contenu du dossier à transmettre, selon les médias et les syndicats, c'était à proprement parler de l'ingérence dans la vie privée, une inquisition, une atteinte à nos droits... J'ai téléchargé le dossier pour en avoir le cœur net, et là, rien. Bon, d'accord, 8 pages entières à remplir, des copies en veux tu en voilà, et une petite ligne discordante sur le relevé judiciaire. J'ai été beaucoup plus embarrassée quand mon bailleur m'a demandé ma déclaration d'impôts et celle de mes parents pour pouvoir louer un appartement !


L'Ordre est un outil, à nous de poser les limites sur son rôle et ses pouvoirs. SVP, lâchez moi avec les réferences pétainistes de l'ordre des médecins, la surtaxe scandaleuse de la cotisation : mon kiné, futur ex, car sur le départ, a longtemps siégé à son ordre, et il m'a confirmé qu'il lui arrivait très souvent de dispenser de cotisation les cas les plus précaires socialement.

Pour une fois que l'évolution de la société nous permet d'avoir une organisation digne de ce nom, osons lui donner une chance. Parce que moi, je suis très douée pour la peinture sur marbre, mais encore plus pour poser une 20G sur un octuagénaire.

Commenter cet article