Quand la musique est bonne

Publié le par Mamzelle Snouc

Il arrive que ma journée soit, du matin au soir, rythmée par une chanson ou un jingle de pub. Dans ce dernier cas, c'est franchement énervant, parce que Francorusse, hein hein Francorusse tout le temps alors que personne ne se souvient de ce moment d'anthologie en pub, c'est très lourd à porter.


Ou pire : chantonner Fais moi mal, Johnny Johnny Johnny au milieu d'une grande visite.
 

Si vous voulez savoir ce qu'est une grande visite, représentez vous une petite dizaine de personnes en blouse blanche qui sautent de chambre en chambre avec un air docte en hochant la tête en rythme aux commentaires du grand patron. Genre assez sérieux, quoi.
Heureusement pour moi, le temps est plus clément pour les délurées de mon genre, et mon chef se contente généralement de me regarder par en dessous (il est petit) et de prendre un air goguenard. Et je suis bonne pour filer droit sans le regarder dans les yeux en décrochant mon téléphone qui a fait semblant de vibrer.

Le seul moyen de m'en débarrasser, c'est de substituer la mélodie par une autre, et les amateurs ne se battent pas pour me les proposer. ( Sauf si c'est Harpic, bienvenue aux toilettes. Merci, mais non merci) Alors pendant des heures, je traîne ma ritournelle, jusqu'à ce que finalement ce soit la SNCF qui me donne le mot de la fin : tududu ! suite à un accident de personne à la gare de Trucmuche, tous les trains sont annulés jusqu'à nouvel ordre. Merci de prendre votre mal en patience et de chauffer vos semelles, vous êtes 400 sur le quai, seuls 30 entreront dans le minibus spécialement affrété. Tududu !

Et toute la soirée, je marmonnerai tududu !

Publié dans snouc-ittude

Commenter cet article