Ambiance

Publié le par Mamzelle Snouc

Étant à la fois très diplomate et très honnête, j'ai eu à pâtir de ma vivacité linguale (wahoo ! quel euphémisme pour dire que j'ai la langue bien pendue !).

Par exemple, en pleine conversation de filles, avec thé et petits gâteaux, face à une très bonne amie ALM (coucou, toi !), j'ai trouvé très naturel d'aborder le sujet de l'avortement thérapeutique. Ben oui, j'avais vu un reportage dessus qui m'avais interpellée, et je voulais en discuter avec elle qui est une bonne argumentatrice (ça existe, ce terme ?). Je me suis sentie quand même un peu conne en rentrant chez moi quand je me suis rapelée qu'elle était très enceinte... et que mon sujet n'était pas très approprié. C'est une grande dame, elle a seulement du faire une croix de plus dans la colonne "Mamzelle Snouc a encore gaffé". Elle ne m'en a jamais reparlé, mais, depuis, je fais attention à qui je parle quand je commence à m'emballer. (ALM : désolée ! désolée ! désolée ! désolée ! désolée !)

C'est vrai que j'ai aussi un humour très particulier. J'aime, que dis-je, j'adore l'absurde. Pendant mes études, on m'a surnommée Super Tomate, parce que je suis capable de la raconter cent fois et de toujours en rire à gorge déployée. Pareil pour les blagues horribles sur les bébés torturés et les handicapés mentaux renversés par des bus (je vous fais grâce des détails). ALM a eu le privilège d'avoir les premières versions, et a eu la courtoisie de ne pas trop verdir. Elle n'appartient pas du tout au même milieu professionnel. La légende a raison : les professionnels de la santé n'ont plus vraiment de tabous, que ce soit la mort, la souffrance, le sexe ou le mensonge artistique, on voit de tout.

Cela revêt parfois la forme d'un humour grinçant, ironique, presque violent, cru, voire obscène aux oreilles du premier quidam. Sachez que pour nous, c'est un exutoire très fréquent, mais que cela n'enlève pas nos valeurs face aux patients.

Alors, si un jour vous tombez sur une discussion animée d'étudiants en médecine (
les carabins), d'infirmières ou de dentistes, soit vous fermez vos oreilles et vous marchez vite vite, soit vous vous préparez et vous encaissez. On ne fait pas dans la dentelle, on fait dans le mordant.

 

Publié dans snouc-ittude

Commenter cet article

ALM 11/10/2008 23:35

Je crois pouvoir dire dans quel genre de magasin tu dépenserais la 1/2 de ton salaire: ça commence par F et ça finit par NAC???
Ne t'inquiète pas, j'avais complètement zappé la dite discussion sur l'avortement. A mon avis, même enceinte, le sujet n'était pas trop sensible puisque nous avons la chance d'avoir 3 beaux nenfants en bonne santé (et un toit .., ça me rappele qqch ça).
J'adore ta plume ma belle, ça m'a fait sortir de mon état blusy-grognon, comme quoi ça arrive à tout le monde.
Je t'embrasse

Mamzelle Snouc 12/10/2008 16:54


T'es trop chouette comme copine, et tu me connais trop bien !
Pour te récompenser d'être la première à avoir osé laisser une trace sur ce site, je te paye une bierre (ou une limo, comme tu veux ) à mon prochain passage à T.